Réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress

par | 25 Avr 2022 | Vitesse WordPress

La vitesse de chargement d’un site est une expérience que nous faisons tous les jours en surfant sur internet. Pour chaque propriétaire de site, c’est aussi un élément important, voire une frustration ou une obsession !

Dans cet article, nous allons examiner un point d’amélioration particulier, souvent signalé dans les outils de mesure de performance, et qui permet d’augmenter la vitesse de chargement d’un site : comment réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress.

 

 
Certains des liens figurant dans cet article sont des « liens affiliés ». Cela signifie que si vous cliquez sur le lien et réalisez un achat, je recevrai une commission d’affiliation, sans frais supplémentaires pour vous. Si c’est le cas, merci de soutenir ce blog !

 

 

1. Qu’est-ce que le temps de réponse du serveur

Avant de réduire le temps de réponse initial du serveur, il faut d’abord comprendre de quoi il s’agit. En effet, cet élément est souvent difficile à améliorer pour un.e novice, puisqu’il dépend de l’hébergeur, mais aussi du type d’hébergement sur lequel se trouve le site.

Le temps de réponse initial, aussi appelé Time To First Byte (TTFB), en anglais, est le temps qui s’écoule entre le moment où le navigateur d’un client fait une requête vers un serveur, en d’autres mots, un navigateur tente d’accéder à un site, et le moment où le serveur renvoie le premier octet du site, autrement dit, le premier morceau d’information.

 

Réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress en le mesurant
Le temps de réponse du serveur est mesuré par le TTFB

 

Difficulté

Comme il dépend du serveur, pour réduire le temps de réponse initial du serveur, il faut donc changer d’offre ou d’hébergeur, ou encore optimiser la configuration du serveur existant, voire le matériel lui-même. Ceci relève entièrement de votre hébergeur et vous n’avez, dans la majorité des cas, aucune prise sur ce qui se passe sur votre serveur.

Il est évidemment possible de gérer son propre serveur dédié, mais les coûts peuvent être élevés et il faut, par ailleurs, faire appel à des compétences en matière de configuration et gestion de serveur, ce qui est un métier à temps plein.

 

2. Qu’est-ce qui affecte le temps de réponse du serveur

Plusieurs facteurs affectent le temps de réponse du serveur, et vous aurez malgré tout la capacité d’agir sur certains d’entre eux, même si vous n’avez pas la possibilité de changer d’hébergeur.

 

2.1 Serveur

Premièrement, le serveur lui-même affecte son propre temps de réponse. En effet, côté matériel, un serveur qui stocke les informations sur un support de stockage SSD (Solid State Drive) sera bien plus rapide que s’il utilisait un disque dur (HDD pour Hard Disk Drive, en anglais), par exemple.

Côté logiciel, il peut être configuré de différentes manières et certaines configurations seront plus optimales que d’autres. Par exemple, un serveur qui aura été optimisé pour héberger des sites WordPress devrait fournir de meilleures performances pour ces derniers.

 

2.2 Vitesse internet du client

Un autre point important sur lequel vous n’avez aucune prise est la vitesse de la connexion internet du client. Vous avez certainement déjà remarqué que toutes les connexions wifi ne sont pas égales, ou que les sites chargent plus lentement lorsque vous les consultez depuis votre téléphone.

Il est vrai que vous ne pouvez pas contrôler la vitesse internet de vos utilisateur.rice.s, néanmoins, en optimisant le temps de réponse de votre serveur, il sera tout de même possible d’améliorer leur expérience.

 

2.3 Négociation SSL

Enfin, la négociation SSL, qui a lieu lorsque vous utilisez un certificat SSL, peut également ralentir la réponse initiale du serveur. Je ne vous recommande cependant pas de faire l’impasse sur l’utilisation d’un certificat, mais plutôt de vous assurer qu’il a été installé correctement.

 

2.4 Optimisation globale du site WordPress

Enfin, l’optimisation générale de la vitesse de votre site aura également un impact crucial pour réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress. Assurez-vous que votre base de données soit optimisée, d’utiliser une extension de cache et d’exploiter le cache de votre hébergeur le cas échéant, mais aussi de supprimer les thèmes et extensions gourmands en ressources.

 

3. Pourquoi un temps plus court est important

Il y a débat sur l’importance ou non de réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress. Pour ma part, je considère que tout ce qui peut améliorer la vitesse de chargement d’un site ne peut avoir qu’un effet positif.

 

3.1 Expérience utilisateur

Les premières personnes affectées par un site lent seront ses utilisateur.rice.s. Inutile de vous rappeler que plus personne n’a la patience d’attendre plusieurs secondes pour qu’une page web soit complètement chargée. La plupart d’entre nous fermons la page et passons à la suivante.

 

3.2 Référencement

Google dit, depuis plusieurs années déjà, prendre en compte la vitesse de chargement comme élément pour référencer un site. C’est d’ailleurs la même entreprise qui donne la recommandation de réduire le temps de réponse initial du serveur dans ses mesures de performance.

 

3.3 Temps de référence

Le temps que Google accepte comme mesure d’une bonne vitesse de chargement est de 200 ms ou moins. Entre 200 ms et 600 ms, le score est considéré comme acceptable, mais au-delà, il faut absolument agir pour réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress.

 

Le temps de réponse du serveur WordPress est mauvais
Exemple de mauvais temps de réponse du serveur mesuré dans PageSpeed Insights

 

Réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress a un effet positif sur les résultats
Exemple de bon temps de réponse du serveur mesuré dans PageSpeed Insights

 

4. Comment mesurer le temps de réponse du serveur

Avant de tenter de réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress, il faudra le mesurer. Je vous recommande d’ailleurs de réaliser cette action après chaque changement que vous effectuez sur votre site. Ainsi, vous aurez une idée précise de l’impact de vos actions et de celles qui sont les plus essentielles.

Les outils de mesure ci-dessous vous donneront des résultats variés. Par conséquent, pour obtenir des scores cohérents, il faudra comparer les mesures du même outil entre elles, plutôt que les résultats d’un outil à l’autre. Néanmoins, il est aussi intéressant d’utiliser plusieurs systèmes parallèlement puisqu’ils fonctionnent de différentes manières. Par ailleurs, les mesures s’effectuent pour une seule page web, c’est-à-dire une URL, et pas un site entier.

 

4.1 Lighthouse

Lighthouse, disponible dans l’outil Dev Tools du navigateur Chrome, permet d’analyser plusieurs catégories d’éléments d’une page web et notamment la performance. Il suffit d’ouvrir Dev Tools avec un clic droit puis de cliquer sur “Inspecter” et de sélectionner l’onglet “Lighthouse”. Vous aurez ensuite la possibilité de choisir le rapport de performance et le type d’appareil, mobile ou ordinateur, que vous souhaitez tester.

 

Lighthouse est disponible dans l’outil Dev Tools de Chrome
Lighthouse est disponible dans l’outil Dev Tools de Chrome

 
Notez cependant que certains éléments de votre navigateur peuvent fausser les mesures. Il s’agit notamment des extensions ou des données stockées. Il vaut donc mieux réaliser ces tests dans une fenêtre de navigation privée en désactivant toutes les extensions du navigateur.

 

4.2 PageSpeed Insights

 

Réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress avec PageSpeed Insights
PageSpeed Insights permet de réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress

 
PageSpeed Insights, également développé par Google et presque identique à Lighthouse, prend les mêmes mesures que ce dernier, mais les tests se font au départ d’un centre de données plutôt que de votre ordinateur. Cette manière de fonctionner permet d’éviter de fausser les résultats.

 

4.3 GTmetrix

 

L’outil GTmetrix permet de mesurer la vitesse d’une page web
L’outil GTmetrix permet de mesurer la vitesse d’une page web

 
GTmetrix est également un très bon outil de mesure qui donne des détails précis sur la façon de réduire le temps de réponse initial du serveur. Il utilise certains des mêmes éléments que Google, mais les mesures sont réalisées différemment. Vous obtiendrez notamment un temps précis pour le chargement total de votre page.

 

4.4 WebPageTest

 

L’outil WebPageTest permet de mesurer le temps de chargement d’une page web
L’outil WebPageTest permet de mesurer le temps de chargement d’une page web

 
WebPageTest ressemble à GTmetrix et mesure aussi certains éléments signalés par Google comme étant essentiels. Les résultats obtenus après un test sont en réalité la moyenne de trois essais différents, ce qui donne, d’après moi, davantage de précision à ces mesures. Par ailleurs, il est possible de choisir un navigateur, un appareil et une localisation ce qui permet d’accroître encore plus la précision des tests.

 

5. Comment réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress

Voyons à présent les actions qu’il est recommandé d’effectuer pour réduire le temps initial de réponse du serveur WordPress.

 

5.1 Changer d’hébergeur

Comme déjà évoqué, l’action la plus importante et celle qui aura le plus d’impact pour réduire le temps de réponse initial du serveur sera de changer d’hébergeur. Rien d’autre ne fera une plus grande différence que ceci. Malheureusement, de nombreux hébergeurs très populaires, notamment ceux qui proposent des offres mutualisées, ne sont pas très performants.

Ils sont attractifs grâce à leur gamme de prix et pourront s’avérer suffisants pour des sites personnels avec peu de trafic et dont la vitesse n’est pas forcément un enjeu crucial. Toutefois, pour des sites d’entreprise, je vous recommande chaudement de passer chez un hébergeur fiable et qui prend la performance de ses serveurs très au sérieux.

 

5.2 Utiliser un serveur proche physiquement des utilisateur.rice.s

La seconde action pour réduire le temps de réponse initial du serveur sera d’héberger un site sur un serveur le plus proche géographiquement de ses utilisateurs et utilisatrices. En effet, même si le transfert de données par internet peut être extrêmement rapide, il n’est pas instantané. Par conséquent, plus longue est la distance qui doit être parcourue, plus long sera le temps nécessaire au transfert.

L’idéal est de pouvoir héberger un site sur un serveur dans le même pays que les utilisateur.rice.s, ou dans la même région pour les pays très étendus. Les bons hébergeurs proposent un choix de plusieurs localisations lorsque vous souscrivez à une offre.

 

5.3 Utiliser un CDN

Par ailleurs, dans le cas où vos utilisateur.rice.s sont réparti.e.s partout sur la planète, je vous recommande alors d’utiliser un réseau de livraison de contenu ou CDN (pour Content Delivery Network, en anglais). Ce système vous permet de faire appel à un réseau de serveurs, situés partout dans le monde, qui distribuent une copie de votre site depuis l’endroit le plus proche du navigateur qui en fait la requête.

 

5.4 Prendre en compte les ressources du serveur

En changeant d’hébergeur ou d’offre d’hébergement, il sera indispensable de vérifier que votre serveur dispose de suffisamment d’espace de stockage, de mémoire ou encore d’un processeur assez puissant pour la taille et le volume de trafic de votre site. En effet, en voyant trop petit, vous serez rapidement limité.e par le manque de ressources. Un hébergeur en met à disposition une quantité finie et il faut en tenir compte.

 

5.5 Changer de fournisseur DNS

Le DNS ou Domain Name System, en anglais, est le système qui permet de connecter un nom de domaine et une adresse IP. Plus simplement, lorsque vous tapez une URL dans votre navigateur, ce système cherche l’adresse IP qui lui correspond pour que vous puissiez accéder au bon site.

Ce processus n’est, lui non plus, pas instantané et certains services DNS sont plus rapides que d’autres. De nombreux outils vous permettent de mesurer les performances de votre fournisseur DNS.

 

5.6 Mettre en place des bonnes pratiques d’hygiène WordPress

Pour terminer, il est impératif de mettre en place des bonnes pratiques d’hygiène dans WordPress. Certains éléments de votre site peuvent être optimisés pour réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress. Vous pourrez notamment :

  • Garder à jour les extensions et thèmes
  • Supprimer les extensions et thèmes inutilisés
  • Trouver des alternatives aux extensions gourmandes en ressources
  • Utiliser une extension de cache et le cache du serveur
  • Réduire le nombre de requêtes grâce à une extension de performance

 

6. Conclusion

Réduire le temps de réponse initial du serveur WordPress n’est qu’une seule des actions à réaliser pour améliorer la vitesse générale d’un site, mais elle est cruciale. En effet, en hébergeant votre site sur un serveur robuste et performant avec un temps de réponse faible, il sera non seulement mieux référencé dans les moteurs de recherche, mais en plus vos utilisateur.rice.s bénéficieront d’une meilleure expérience. Vous avez tout à y gagner.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réservez votre audit SEO gratuit et recevez un rapport personnalisé sur la santé de votre site web